La naissance d'une huître :

Le captage des huîtres:

Le captage des huîtres est une activité qui consiste à récupérer les petites larves d'huîtres qui se trouvent dans l'eau au moment de la reproduction au mois de juillet août.

En effet ces larves recherchent un point de fixation afin de se mettre à l’abri des prédateurs et des courants. Le travail de l'ostréiculteur consiste alors à poser des supports en mer qui vont recueillir ces larves (tubes ou coupelles plastiques, tuiles, ardoises autrefois).

Les huîtres ne se reproduisent pas sur toutes les côtes françaises. En effet il faut des conditions bien spécifiques : température de l'eau, apport en eau douce, teneur en plancton, courants ...

La zone de reproduction naturelle en France se situe du Bassin d'Arcachon aux côtes de Vendée. Ceci signifie que toutes les huîtres naturelles élevées de la Méditerrané aux côtes de Normandie sont nées exclusivement dans les eaux de ce territoire.

La reproduction a lieu pendant les mois d'été. Les collecteurs sur lesquels se déposent les naissains restent en mer pendant 6 à 8 mois, puis les huîtres qui sont alors suffisamment grosses ( de quelques mm à 1 cm) vont pouvoir alors être décollées de leur support et installées dans des poches plastiques afin d'entamer leur croissance, une à une, dans différents parcs ostréicoles du pays.

 La croissance des huîtres :

Il faudra environ 3 années pour obtenir une huître à maturité. Pendant cette période, l'ostréiculteur devra dédoubler les poches suivant la croissance des huîtres. Il doit retourner les poches pour éviter que les huîtres ne se recollent entre elles et les repartir sur différents terrains et dans différentes régions de France (Bretagne, Normandie) pour optimiser la pousse. Les huîtres sont re-calibrées régulièrement car elles ne poussent pas toutes au même rythme même si elles sont stockées dans les mêmes conditions.

La commercialisation des huîtres :

Lorsque l'huître atteint la taille marchande (du N°5 au N°1), l'ostréiculteur, s'il dispose de marais salants tels que nous en avons en Charente Maritime, pourra alors stocker ces huîtres finies dans les marais d'eau salée appelées claires ostréicole. Les huîtres sont alors dites "affinées en claires" d'où le nom de "fine de claires" ou de "spéciales de claire" (minimum 4 semaines en claires).

Il existe également une huître appelée "pousse en claires" qui reste un minimum de 6 mois dans une claire avec une très faible densité d'huîtres. Ces huîtres ont la particularité d'être très charnues.

En Conclusion :

            L'huître reste une production entièrement naturelle : Elles poussent dans un milieu naturel sans aucun apport alimentaire.

            Depuis plus d'un siècle que l'homme s'emploie à organiser la culture d’huîtres, peu de tâche ont été mécanisées : seul le lavage et le calibrage, pour certaines entreprises, font l'objet d'une mécanisation. L'ensemble des tâches qui caractérise cette culture restent très manuelles et ont peu évoluées depuis les débuts de l'ostréiculture. C'est ce qui donne toute sa valeur au produit : les huîtres sont des produits naturels élevés suivant les mêmes processus traditionnels.